Vivement le temps des pommes !

L’école recommence pour des milliers d’étudiants, les vacances sont terminées pour la plupart des travailleurs, mais le temps des pommes est enfin arrivé !

Psitt ! La Ferme des Trois Ruisseaux n’a plus de pommes pour la saison 2020. Elles ont toutes été cueillies.

Vous connaissez la Ferme des Trois Ruisseaux ? Les deux propriétaires, Jocelyne et Jean, me l’on fait découvrir. Lorsque j’entre sur la ferme, j’aperçois un magnifique kiosque où l’on peut prendre un bon café ou acheter des pommes et des produits transformés.

Juste à côté se trouve une station libre-service pour l’achat d’oeufs bruns (oui, oui, un libre-service !). C’est la toute première fois que j’en vois un. Vous vous lavez les mains, vous prenez votre douzaine d’oeufs dans le frigo, vous payez et…vous partez. Ingénieux, non ?

Bon, revenons à nos moutons (ou plutôt, à nos pommiers !). À la Ferme des trois ruisseaux, plus de 400 pommiers (et leurs six sortes de pommes) vous attendent pour une belle cueillette automnale. Qu’elles soient petites, grosses, sucrées, surettes, fermes ou plus tendres, il y a des pommes à perte de vue sur cette ferme. Comme on dit au Saguenay (ou au Lac), un bleuet fait une tarte… sans vouloir leur faire compétition, la pomme Alexandre peut facilement faire presque deux tartes à elle seule !

Jocelyne adore cuisiner et, pour récupérer les pommes qu’ils doivent enlever des pommiers pour les décharger, elle a fait un verjus. Le verjus était utilisé au Moyen-Âge pour remplacer le vinaigre ou jus de citron dans les recettes. Ils ont vraiment une foule d’idées pour faire de leur entreprise une entreprise verte !

Ma visite avec les propriétaires ne s’arrête pas au verger. Nous continuons notre route vers une des granges qui abrite une salle où il est possible de manger en famille (il y a même un petit parc aménagé juste à côté pour les enfants). Cette magnifique salle, décorée de reliques de la Ferme, est disponible à la location pour des soirées privées, mariages ou autres événements.

Psitt ! Depuis cette année, des abeilles se sont ajoutées à leur grande famille. La production de miel se fait à même la ferme. Lors de votre visite, vous pourrez jeter un coup d’oeil à leur miellerie.

Ce n’est pas une surprise si je vous dis que je n’ai pas pu m’empêcher de cueillir des pommes lors de ma visite. Je rentre donc chez moi avec beaucoup, beaucoup de pommes (peut-être un peu trop, mais c’est tellement bon !). Suivez la Ferme sur Facebook pour tout savoir sur leurs nombreuses offres et pour les détails de l’autocueillette !


Mon expérience de pomicultrice n’étant qu’à ses débuts, je visite le Verger Belpom. En bordure du chemin des Merisiers, j’aperçois un mignon kiosque de pommes rouge vif (vraiment très coquet!) où l’on peut acheter des pommes (pour ceux qui ne « trippe » pas sur la cueillette !).

J’étais loin de me douter qu’au bout du chemin se trouvait un verger avec plus de 2 000 pommiers (ouf ! Ça en fait des pommiers !). Ce sont 8 variétés de pommes, dont la succulente Cortland, qui sont offertes pour la cueillette.

J’entre sur le site et, du coin de l’oeil, j’entrevois des brouettes bien alignées le long de la clôture. Curieuse, je demande aux proprios (Roger et son épouse Thérèse) à quoi elles servent. Imaginez-vous donc qu’elles sont offertes aux clients. Quand vous visitez le verger, vous pouvez emprunter une brouette pour transporter vos pommes (au grand plaisir des enfants !).

En déambulant dans le verger, Roger et Thérèse m’ont raconté qu’ils ont ouvert le verger en avril 1998 (il y a 23 ans). Ils ont investi beaucoup de temps et d’amour dans ce projet qui, avouons-le, les tiennent occupés ! Psitt ! Gardez l’œil ouvert, vous pourriez les apercevoir à l’ouvrage (occupés à prendre soin de leur projet).

Pour connaître les heures d’ouverture du kiosque et de l’autocueillette, consultez la page Facebook ou le site Internet du verger.


Puisque je commence à être une experte en matière de pomme, je me rends au Centre de la Biodiversité du Québec. Et oui, le Centre à un verger de plus de 200 pommiers ouvert au public. Melba, Lobo, McIntosh et Cortland sont les variétés produites par ces pommiers âgés de plus de 65 ans. L’autocueillette est possible uniquement la fin de semaine, car, la semaine, il est réservé aux visites scolaires (comme lieu d’apprentissage).

Je profite de ma visite pour marcher dans les sentiers d’observation: 4 km dans une nature calme et magnifique. Mon fils a même fait le rallye d’observation qui est offert à l’entrée (il a adoré trouver les silhouettes d’animaux en bois). Finalement, à l’orée de la forêt, nous avons découvert des animaux en captivité (le cerf de Virginie a été le préféré de ma progéniture !).

Pour connaître les heures d’ouverture et l’offre d’activités du Centre, visitez leur site Web.


Pour ceux ou celles qui n’ont pas le temps pour la cueillette, vous pouvez vous procurer de superbes pommes et des produits transformés au Marché Godefroy. Toutes les fins de semaine, et ce jusqu’à la fin octobre, le Marché vous offre de faire le plein de produits de chez nous !


Ma tournée de la pomme se termine à la Maison de Bibi pour y acheter leur délicieuse gelée de pommes et leur confit d’oignons et pommes ! Vous me direz que ça fait beaucoup de pommes ? Effectivement, mais ça n’arrive qu’une seule fois par année. Aussi bien en profiter !

Vivement la saison des pommes ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *